La Compagnies des œuvres par Matthieu Garrigou-Lagrange.

 

Claudine Grammont ouvre pour nous un certain nombre de perspectives sur l’œuvre de Matisse, à commencer par ce motif singulier de la fenêtre que le peintre affectionnait et qui lui permettait de penser son propre travail. Qu’est-ce qu’un tableau, en effet, sinon une fenêtre ouverte sur l’ailleurs ? Reprenant ainsi, avec ces fenêtres, une thématique des peintres de la Renaissance, Matisse interroge le lien du monde et de l’image.

Si ces motifs de fenêtres parcourent toute sa peinture, comme une perpétuelle promesse d’évasion, une perpétuelle invitation au voyage, on ne saurait réduire l’œuvre de Matisse à ce seul objet ou seulement au monde des objets.
Loin d’être un jeu de surfaces, de perspectives et de formes géométriques, la peinture de Matisse est une œuvre profondément humaine, traversée par une vitalité qui s’exprime avec force notamment dans les portraits. Matisse n’hésite pas à en faire un lieu d’expérimentation et d’invention, au risque, quelquefois, de déplaire, comme ce fut le cas quand il portraitura son ami Paul Léautaud ou le grand collectionneur de Cézanne, Auguste Pellerin.

Sont également abordées dans cette émissions les différentes périodes artistiques de Matisse, sa perméabilité ou au contraire sa distance vis-à-vis des grands courants artistiques comme le fauvisme, le cubisme et le surréalisme, ainsi que sa relation avec Picasso.

 Site du musée Matisse

Photo illustration de l’article :
Vue du Musée Matisse Nice, 2020

[Hall d’accueil – Extension contemporaine, Fleurs et fruits]​
© Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste / Photo : Milène Servelle

Découvrez aussi