Mouvement artistique et littéraire, l’orientalisme a profondément marqué l’imaginaire du XIXe siècle.

Luc-Olivier Merson, Le repos pendant la fuite en Egypte, 1880, huile sur toile, N.Mba 2075, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © Muriel Anssens / Ville de Nice, 2021

L’orientalisme procède d’une quête de l’altérité, d’un goût du voyage et de l’exotisme, d’une nostalgie autant que d’une curiosité, qui attirent vers l’Orient des artistes de toutes sensibilités. Écrivains, peintres, savants s’aventurent sur les terres de l’Empire Ottoman, déclinant à la suite des campagnes napoléoniennes (1798-1799 pour le Proche-Orient) et au gré de la conquête de l’Algérie. Ceux qui ne voyagent pas en développent une vision imaginaire.

Malgré la présence de détails réalistes dans leurs œuvres, les artistes véhiculent une image fantasmée des sociétés orientales, composée de thèmes récurrents. Fascinés par la richesse des étoffes, ils représentent les intérieurs aux tapis chatoyants et les festivités pour lesquelles sont portés des costumes fastueux. L’approche stéréotypée voit souvent les hommes dépeints comme des guerriers cruels et sanguinaires et les femmes lascives au harem, esclaves désirables, femmes fatales ou héroïnes bibliques.

Dans ces nouvelles sources d’inspiration, la Terre Sainte occupe une place à part. La visite des sites du récit biblique répond à des aspirations religieuses mais aussi à un nouveau désir de connaissance qui guide la création d’écoles d’études orientales et des fouilles archéologiques. L’œuvre Le repos pendant la fuite en Egypte (1880), de Luc-Olivier Merson, est aussi révélatrice de la passion alors naissante de l’Occident pour l’égyptologie.

Etienne Dinet, Le calvaire, 1891, huile sur toile, FNAC 2002, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © Muriel Anssens / Ville de Nice, 2021

Adrien Tanoux, Namouna, 1922, huile sur toile, N.Mba 2629, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © Muriel Anssens / Ville de Nice, 2021

Paul Désiré Trouillebert, La servante de harem, 1874, huile sur toile, PFH-16, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © François Fernandez, 2021

Eugène Delacroix, Lionne terrassant un Arabe, XIXe siècle, huile sur toile, N.Mba 2748, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © Muriel Anssens / Ville de Nice, 2021

Félix Ziem, La danse de l’Almée, XIXe siècle, huile sur toile, N.Mba 1844, © Muriel Anssens / Ville de Nice, 2021

> Suivez l’actualité du Musée des Beaux-Arts Jules Chéret sur @museedesbeauxartsjulescheret

Découvrez aussi