Rosa Bonheur, Diptyque, XIXe siècle, Musée des Beaux-Arts Jules Chéret, Nice. © François Fernandez, 2021

Marie-Rosalie dite Rosa Bonheur (Bordeaux, 1822 – Thomery, 1899) est une peintre et sculptrice française, connue pour ses représentations animalières et comme pionnière du féminisme.

Elle expose pour la première fois à 19 ans au Salon de 1841, connaît la gloire dans le monde entier et, avec sa compagne Nathalie Micas, passe régulièrement l’hiver à Nice. Le marchand de tableaux Ernest Gambart, qui a contribué à faire connaître son œuvre aux États-Unis, lui a en effet fait construire à Fabron la villa « L’Africaine ».

Sur ce diptyque, œuvre à deux volets, Rosa Bonheur pose avec la Légion d’honneur, remise en 1865 par l’Impératrice Eugénie qui voulait prouver que « le génie n’a pas de sexe ». En 1894, elle deviendra la première femme à accéder au grade d’officier.

La photographie du diptyque est accompagnée de trois galets, que l’artiste a peut-être ramassés sur la plage de la Promenade des Anglais. Elle y a représenté, avec un grand réalisme, des animaux : un chien et deux chevreuils. Le premier est couché, avec une fine silhouette de profil et l’autre est de face, seule sa tête est visible.

L’histoire de cet objet est encore mystérieuse. Il semble qu’il s’agisse d’un support commémoratif, souvenir de l’artiste et éventuellement d’un séjour à Nice. Serait-il un cadeau à son mécène Ernest Gambart ou à un·e autre admirateur·ice ? Les recherches sont en cours. Le musée des Beaux-Arts conserve par ailleurs un vaste ensemble de gravures de Rosa Bonheur, dont Ernest Gambart a fait don en 1892, parmi lesquels des lithographies d’Émile Frédéric Salmon (1840-1913) d’après les lions, ânes, chevaux et basse-cour de Rosa.

> Suivez l’actualité du Musée des Beaux-Arts Jules Chéret sur @museedesbeauxartsjulescheret

Découvrez aussi