Les Archives Nice Côte d’Azur regorgent de documents qui ne demandent qu’à sortir de leurs boîtes pour vous conter l’histoire intime des Niçoises et des Niçois.

Découvrons avec émotion cette correspondance amoureuse retrouvée dans le portefeuille d’un soldat de la Première guerre mondiale.

À l’amour comme à la guerre !

L’adolescence d’Antoine Gerbaudo (1891-1918), originaire de Cuneo (Coni) mais grandi à Riquier, dans l’arrière-port de Nice, a été chaotique, au point de lui valoir condamnation pour vol et expulsion vers l’Italie.

La guerre est l’occasion pour lui de se racheter, d’abord au service de la France avec les Garibaldiens de 1914, puis dans l’armée italienne où il va s’illustrer comme caporal maggiore à la 4e compagnie automobile. Il meurt à 27 ans, le 21 novembre 1918.

Joli cœur, on retrouve dans son portefeuille des lettres de ses conquêtes françaises et italiennes.

Septembre 1914, Antoine Gerbaudo part à la guerre avec les « Garibaldiens » de Nice, sous uniforme de la Légion étrangère. Il se dispute avec sa fiancée niçoise, Lucie. Elle lui envoie trois lettres désespérées…

Lecture 1

par Audrey Baudin-Hébert | Lettre de Lucie à Antoine Gerbaudo

Lecture 2

par Audrey Baudin-Hébert | Lettre de Lucie à Antoine Gerbaudo

Lecture 3

par Audrey Baudin-Hébert | Lettre de Lucie à Antoine Gerbaudo

Octobre 1918, devenue caporal de l’armée italienne, Antonio Gerbaudo rencontre l’amour à Rovereto. Les mèches de cheveux et les lettres enflammées de Mina portent l’espoir d’une vie commune après la guerre. La grippe espagnole qui l’emporte à l’hôpital militaire de Padoue un mois plus tard met un terme dramatique à cette histoire d’amour.

Lecture 1

par Grazia Nava | Lettre de Mina, 17 octobre 1918

Lecture 2

par Grazia Nava | Lettre de Mina, 19 octobre 1918

Lecture 3

par Grazia Nava | Lettre de Mina, 26 octobre 1918

Lecture 4

par Grazia Nava | Lettre de Mina, 30 octobre 1918

> En savoir plus sur ces correspondances de guerre

Suivre l’actualité des Archives Nice Côte d’Azur

Découvrez aussi