L’hôtel de voyageurs dit Hôtel Alhambra, Hôtel Alhambra Leospo est construit en 1900 par l’architecte niçois Jules Sioly. La commande vient de la vicomtesse Gabrielle de Pierre de Bernis. Focus sur un édifice de style architectural néo-mauresque !

Focus sur l’Hôtel Alhambra, ou l’orient à Cimiez

Après le rattachement de Nice à la France en 1860, l’architecture de la Ville, sous l’influence française mais également avec l’arrivée importante de villégiateurs – pour la plupart étrangers (anglais, russes, argentins, etc…) se modifie. Cette période va être dénommée « La Belle Epoque » et son architecture sera éclectique. Cette Belle Epoque (fin XIXe-1914) voit fleurir à Nice et sur la Côte d’Azur de nombreux hôtels et de somptueuses villas.
L’hôtel l’Alhambra et la Villa Alhambra (actuelle Eliand) offre une architecture orientaliste rare sur la Côte. Ce qui le caractérise avant tout, ce sont les références mauresques de sa façade : paire de minarets à bulbe pointant au-dessus de la toiture, arcs outrepassés, moucharabiehs, décor raffiné de mouqarnas, de pointes de diamants, d’arcatures… enrichi par les touches de couleur des médaillons et des cabochons.

La commande :

L’hôtel de voyageurs dit Hôtel Alhambra, Hôtel Alhambra Leospo (actuellement immeuble résidence Alhambra) est construit en 1900 par l’architecte niçois Jules Sioly. La commande vient de la vicomtesse Gabrielle de Pierre de Bernis (née Sabatier) qui acquiert le terrain le 10 avril 1900. Le 11 avril, un bail commercial comprenant en annexe les plans de la façade et des étages de l’hôtel Alhambra est établi. L’architecte aurait suivi les recommandations du gérant, l’hôtelier suisse Dominique Candrian.

Extrait de l’acte notarié : « Le terrain qui sera affecté à la construction dudit hôtel et dépendances comprenant cour et jardin, aura une superficie d’environ six mille mètres carrés. On aura accès à l’hôtel dont s’agit par l’avenue Victoria à l’est et par le grand boulevard de Cimiez à l’ouest, de ce dernier côté au moyen d’une avenue qui partira du midi du jardin pour aboutir audit boulevard, ainsi du reste qu’il est figuré sur le plan par terre dont il sera parlé plus bas. (…) La bailleresse devra construire et établir à ses frais, l’hôtel présentement loué avec ses dépendances conformément à ce qui a été dit plus haut et sera expliqué ci-après et aux plans et annexes dressés par Mr Sioly architecte. Pour la disposition des chambres et appartement, Mr Candrian s’entendra avec Mr Sioly, architecte de Madame de Bernis pour déterminer les diverses affectations suivant les dimensions et espaces exprimés plus haut et dans les plans et annexes. Il est convenu qu’il existera dans l’hôtel, savoir : un ascenseur pour personnes, un monte-charges, un monte-plat, un chauffage central par eau chaude sera établi au rez de chaussée dans le grand hall, le restaurant, la salle de billard et le vestibule. Aux étages il existera une canalisation de chauffage dans le vestibule de chaque aile, bains et water closets. Des colonnes montantes pour l’électricité et le gaz seront établies dans l’immeuble. Le locataire n’aura qu’à brancher, à ses frais, toutes dispositions qu’il croira utiles dès que l’architecte l’aura avisé de la possibilité de commencer ses travaux d’installation. » Archives départementales des Alpes-Maritimes, actes notariés, 3E 23 / 642.

L’hôtel ouvre en 1901 proposant plus de 100 chambres à une riche clientèle européenne éprise d’exotisme.

Résultats d’études d’inventaire :

L’hôtel est implanté au sommet de la parcelle, isolant au nord les cours avec écuries et autres dépendances. Le bâtiment est constitué de trois corps de bâtiments alignés d’est en ouest sur un plan en V très ouvert. L’hôtel se caractérise par le style orientaliste de ses façades : minarets, arcs outrepassés notamment pour les baies des salles de réception du rez-de-chaussée, décor peint …Ce décor est plaqué sur une façade traditionnelle avec alignement de fenêtres rectangulaires avec persiennes. De même, les aisseliers supportant la toiture débordante demeurent traditionnels ainsi que les décrochements de toiture ne relevant pas d’un style arabisant. Certaines décorations peintes des façades marquent, quant à elles, l’art nouveau. Contrairement à de nombreux palaces délaissant le traitement de la façade arrière, une frise peinte (moins élaborée qu’en façade principale) court également en façade postérieure sur cour de services. Le jardin à l’avant isole l’établissement du boulevard. A l’intérieur, le style orientaliste est peu présent hormis les arcs outrepassés des portes de communication (transformés) et les motifs des corniches et caissons du grand escalier qui offrent toujours un profil géométrique de crénelage arabisant.

Le grand hall était ainsi de style art nouveau (seule la cheminé demeure) et meublé de mobilier en rotin et de vases de la manufacture Massier. Sa décoration relèverait de l’architecte, François Fratacci qui reçut, pour ces aménagements, la médaille vermeille au concours municipal de 1906.

De nombreuses pièces offraient des trumeaux en style néo-Louis XVI. L’ensemble a été modernisé lors des transformations de l’entre-deux-guerre. Le gérant Louis Leospo ouvre un restaurant en plein air dans le parc, il modernise la décoration et les normes de confort. L’hôtel est désormais ouvert toute l’année.
Autour du grand hall positionné au centre, se situaient à droite les salles de restaurants et à gauche un grand salon de lecture et une série de chambres. Les salles de bains sont à l’origine peu nombreuses. Les espaces annexes et chambres du personnel fixe ou accompagnant les clients prennent place dans les recoins des plans et en façade nord, souvent proches des espaces destinés à la clientèle. Sols en grès blancs et rouges pour les espaces publics avec marches en marbre, marches en ardoise et tommettes de terre cuite pour les espaces de services. 

Le jardin serait quant à lui l’œuvre de l’horticulteur antibois Georges Nabonnand (récompensé au concours municipal de 1904).

Une annexe nommée Villa Alhambra est édifiée le long du boulevard de Cimiez peu après 1900. Une petite villa s’est édifiée dans le coin sud-est de la parcelle après 1945 (parcelle LR 0059). Elle prend le nom de villa Eliand en 1933. Le bâtiment perd ensuite sa fonction hôtelière en 1947 en même temps que l’hôtel Alhambra

L’hôtel de voyageurs dit Hôtel Alhambra devient immeuble de logements en 1949 (promoteur Victor-Joseph Saglia, architecte Louis Milon de Peillon).

Bon à savoir : Les façades et la toiture du bâtiment, le vestibule d’entrée, le grand hall avec sa cheminée, la cage de l’escalier principal et son ascenseur ainsi que le parc sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 20 juin 2000. L’édifice détient également le label patrimoine XXe (circulaire du 1er mars 2001).

L’hôtel Alhambra vu du ciel

L’hôtel Alhambra autrefois

L’hôtel Alhambra vu sur plan

Résidence l’Alhambra

Série « Regard d’inventaire » : Depuis sa création, le pôle inventaire du service Ville d’Art et d’Histoire de la Ville de Nice a constitué plus de 900 dossiers pour alimenter un fonds de données patrimoniales exceptionnel, notamment sur l’architecture de villégiature dans le cadre de la candidature de Nice à l’inscription par l’UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial. Les recherches de l’inventaire permettent de donner les clés de compréhension, quelquefois oubliées, pour replacer dans son contexte un élément du patrimoine.

En savoir plus :

Depuis sa création, le pôle inventaire du service Ville d’art et d’histoire de la Ville de Nice ne cesse d’alimenter un fonds de données patrimoniales exceptionnel, notamment sur l’architecture de villégiature, dans le cadre de la candidature de Nice à l’inscription par l’UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial.

Le travail d’étude, commencé par le secteur du Mont-Boron et la Promenade des Anglais, se poursuit par la plaine formant le centre de la ville (secteur Médecin, Malausséna, Borriglione) et la colline de Cimiez. Près de 900 dossiers ont été constitués dont la moitié est consultable en ligne. Découvrez ce riche patrimoine sur le site d’inventaire général en Région Sud.

Découvrez aussi