Vénérable institution culturelle, très soucieuse de sa mémoire et de son histoire, l’Opéra Nice Côte d’Azur verse régulièrement ses archives (contrats de production et d’engagement, affiches, programmes, captations sonores, photographies, etc.) aux Archives Nice Côte d’Azur contribuant ainsi à la sauvegarde patrimoniale d’un riche corpus d’« archives du spectacle ».
Il alimente également le portail numérique des Opéras de France pour la sauvegarde de la mémoire numérique de ses saisons.

Cette sélection est issue du fonds conservé aux Archives Nice Côte d’Azur. Le service photographique municipal a réalisé la couverture photographique des spectacles et répétitions au travers de très beaux clichés argentiques noir et blanc.

Un corps de ballet du Grand Théâtre de Nice existait déjà au début du XXe siècle. Il renaît après la guerre, en 1947, sous l’impulsion de Me Pierre Pasquini, adjoint au maire de Nice, et la direction de Lycette Darsonval, maîtresse de ballet.

En décembre 1994, le corps de ballet de l’Opéra de Nice présente un hommage au chorégraphe des « Ballets russes », Léonide Massine (1896-1979), avec trois ballets : Parade, le Sacre du Printemps et le Beau Danube bleu, sous la responsabilité du fils du chorégraphe, Lorca Massine.

Les « Ballets russes » de Serge Diaghilev s’étaient fixés à Monte-Carlo et se produisaient régulièrement à Nice dans l’entre-deux-guerres (par exemple en 1931 à l’Eldorado-Casino).
L’hommage posthume de 1994 permettait-il de rendre justice au chorégraphe qui avait poursuivi en justice en 1966 la Ville de Nice et sa chorégraphe Françoise Adret pour avoir, au mépris de la loi du 11 mars 1957 sur la protection des œuvres artistiques, présenté en 1960-1962, le ballet Le Tricorne créé en 1920 sur un argument de Martinez Sierra, une musique de Manuel de Falla et une chorégraphie de Massine ?

Le Sacre du Printemps

(sur une musique d’Igor Stravinsky)

Suzanna Della Pietra a repris, avec Enrico Sportiello, le Sacre du printemps, dans sa dernière version donnée en 1948 à la Scala de Milan. Après la création de Nijinski, Léonide Massine avait retravaillé plusieurs ballets à la demande de Diaghilev. Kenneth Archer a reconstitué les décors et costumes de Nicolas Roerich.

Le Beau Danube bleu

(sur une musique de Johann Strauss)

Tatiana Leskova, qui fut interprète du Beau Danube, a remonté cette chorégraphie de 1933 avec Agnès Letestu et José Martinez, premiers danseurs à l’Opéra de Paris.

Parade

(sur un argument de Jean Cocteau et une musique d’Érik Satie)

Parade, ballet mythique qui fit scandale en 1917 en réunissant Picasso (pour les décors), Cocteau et Satie, a été remonté également par Suzanna Della Pietra.

Découvrez aussi